Accident d’AZF : quels enseignements 20 ans après ?

Le 21 septembre 2001, l’usine de production d’engrais azoté AZF, explose. Pire accident industriel de l’après-guerre, la catastrophe a fait 31 morts et des milliers de blessés.

20 ans jour pour jour. Le 21 septembre 2001, aux abords de Toulouse, un stock de plusieurs centaines de tonnes de nitrate d’ammonium explose dans l’usine AZF. Un énorme nuage orange recouvre la ville rose. La détonation est entendue à plus de 80 km à la ronde. L’onde de choc, comparable à un tremblement de terre, est enregistrée comme un séisme de magnitude 3,4 sur l’échelle de Richter. La plus grande catastrophe industrielle française depuis 1945 fait 31 morts et plus de 5 000 blessés. Toulouse meurtrie est paralysée. Des milliers de logements et d’entreprises sont endommagés et sinistrés.

20 ans plus tard, un accident de cette ampleur pourrait-il se reproduire ? Au lendemain de l’accident, les pouvoirs publics s’empressent de préparer un arsenal législatif afin d’améliorer la prévention et la gestion des risques industriels et technologiques. La loi Risques du 30 juillet 2003, dite loi Bachelot, voit le jour et prévoit notamment la réduction des risques à la source, et l’approbation de la plupart des Plans de prévention des risques technologiques (PPRT)…

Pour autant, l’incendie de l’usine Lubrizol à Rouen en septembre 2019 a rappelé qu’en matière d’accident industriel, le risque zéro n’existe pas. « Sans l’accident de l’AZF, Lubrizol aurait été l’AZF, relève Alban Bruneau, président d’AMARIS, association nationale des collectivités pour la maîtrise des risques technologiques majeurs. Les salariés de Lubrizol ont vu les efforts de diminution des risques à la source, mais ces efforts sont limités pour le stockage de matières dangereuses ». Dans son rapport « Risques industriels : prévenir et prévoir pour ne plus subir » paru en 2020, le Sénat avait conclu : « L’incendie de l’usine Lubrizol montre que la réglementation a encore un temps de retard sur les événements ».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

X