Les travailleurs étrangers victimes du mondial

La Coupe du monde de football 2022 arrive à grands pas au Qatar. Des centaines de milliers de travailleurs étrangers sont venus construire les fondations de cette compétition et pour certains, au péril de leur vie. Cinquante travailleurs immigrés sont décédés et plus d’un demi-millier ont été grièvement blessés sur les chantiers en 2020, a indiqué l’Organisation internationale du travail (OIT) le vendredi 19 novembre.

Depuis des années, les préparatifs du tournoi attirent l’attention sur la situation des travailleurs étrangers au Qatar, ceux qui ont construit les stades de la Coupe du monde mais également ceux qui constituent 80% de la population de ce pays. Dans son rapport, l’Organisation internationale du travail (OIT) indique qu’une majorité des 50 travailleurs décédés en 2020 sont morts d’une chute ou d’un accident de la route sur leur lieu de travail. 500 ont été grièvement blessés et près de 37 600 ont subi des blessures légères. La plupart des victimes sont des travailleurs migrants du Bangladesh, de l’Inde et du Népal, principalement dans le secteur de la construction.

La publication du rapport fait suite aux appels croissants en faveur d’une plus grande transparence et prise de responsabilité concernant les décès liés au travail au Qatar, en particulier ceux liés aux projets d’infrastructures de la Coupe du monde. « La transparence dont a fait preuve l’examen des processus de collecte et d’analyse des données nous a permis de proposer un ensemble de recommandations concrètes qui peuvent servir de feuille de route pour l’action, a déclaré Max Tuñón, chef du bureau de projet de l’OIT au Qatar. Nous devons agir de toute urgence. Derrière chaque statistique, il y a un travailleur et sa famille. »

Le 20 mars dernier, le salaire minimum non discriminatoire était entré en vigueur au Qatar. Il s’applique à tous les secteurs d’activité, à tous les travailleurs, quelle que soit leur nationalité, y compris aux travailleurs domestiques. Une réforme mise en place un mois après la publication du journal britannique The Guardian qui estimait à 6 500 le nombre de travailleurs immigrés morts pour la construction des stades du mondial qatari.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

X