Le PST 4 face aux 540 000 accidents annuels

Mardi 14 décembre 2021, le secrétariat d’État chargé de la santé au travail a présenté le Plan santé au travail 4 (PST 4) en Conseil national d’orientation des conditions de travail (CNOCT).

Le nombre des accidents du travail en baisse au fil des années. En 1950, près d’un million d’accidents du travail avaient lieu chaque année. Les années 2010 en comptaient 650 000. Une amélioration qui pourrait être liée aux progrès en matière de prévention, à davantage de réglementations et d’équipements de sécurité et au développement des emplois vers des secteurs moins accidentogènes. Cependant, il semble qu’un palier ait désormais été atteint : le nombre d’accidents et leur indice de fréquence ne baissent plus, à part en 2020 où le nombre d’accidents du travail s’est réduit de 17,7 %, à moins de 540 000.

Le PST 4

Preuve que la santé et la sécurité au travail (SST) reste un enjeu majeur au sein de la société et appelle à une mobilisation générale pour davantage de prévention. Le mardi 14 décembre, le Plan santé au travail 4 (PST 4) a été présenté au Conseil national d’orientation des conditions de travail (CNOCT). Une feuille de route fixée tous les 5 ans depuis 2004 afin de définir les grandes orientations liées à la santé au travail. Ce quatrième plan de santé au travail (PST 4) conforte le renversement de perspective opéré par le PST 3 en accordant la priorité à la prévention sur la réparation. Il approfondit également cette approche en faisant de la prévention des accidents du travail graves et mortels et de la prévention de l’usure et de la désinsertion professionnelles des axes stratégiques.

Un plan en 10 objectifs

Constitué d’un axe transversal pour lutter contre les accidents du travail graves et mortels, le PST 4 est composé de quatre axes stratégiques pour un total de 10 objectifs :

  • Prévention primaire et culture de prévention afin de déterminer les risques prioritaires et de promouvoir les démarches en faveur de la qualité de vie et des conditions de travail;
  • Désinsertion et usure professionnelles et maintien de l’emploi au coeur de la prévention;
  • Défis d’aujourd’hui et de demain pour une approche partagée de la santé (santé au travail, santé publique, santé-environnement) avec une recherche et des connaissances afin de mieux aborder les crises.
  • Pilotage et gouvernance dans le but d’accompagner toutes les évolutions autour du dialogue social, de renforcer la place des services de prévention et de santé au travail (SPST) auprès des entreprises, de mieux structurer et partager es données de santé au travail

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

X