La Fédération des accidentés du travail a 100 ans

Cette année, la Fédération nationale des accidentés du travail et des handicapés (Fnath) a fêté ses 100 ans. L’occasion de revenir sur 100 années de combat pour les accidentés du travail.

Créée en 1921 pour soutenir les mutilés du travail, la Fédération nationale des accidentés du travail et des handicapés (Fnath) soutient aujourd’hui plus largement les accidentés de la vie, du travail, d’accident ou de maladie. Reconnue d’utilité publique, la FNATH s’est investie pour l’indemnisation intégrale des victimes du travail et l’amélioration des droits de tous les accidentés de la vie, y compris les victimes d’attentats.

Un combat de 100 ans avec des dates clefs :

  • 1934 : première majoration des rentes et pensions
  • 1945 : participation à la naissance de la Sécurité sociale
  • 1997 : interdiction de l’amiante
  • 2000 : création du fonds d’indemnisation des victimes de l’amiante
  • 2010 : premier pas vers la réparation intégrale des accidentés du travail
  • 2018 : revalorisation de l’Allocation aux adultes handicapés (AAH)

Le système actuel de réparation des accidents du travail et des maladies professionnelles est issu de la loi du 9 avril 1898 qui a posé le principe d’une indemnisation automatique, mais forfaitaire. Les victimes d’accidents de travail ou de maladies professionnelles restent aujourd’hui les seules victimes d’un dommage corporel à ne pas pouvoir bénéficier d’une indemnisation intégrale contrairement aux victimes d’accidents de la vie courante. Pour la FNATH, rien ne justifie cette moindre réparation d’une victime d’accident du travail qui doit pouvoir prétendre à une indemnisation de l’ensemble de ses préjudices. La fédération demande que le taux d’incapacité permettant de saisir le Comité régional de reconnaissance des maladies professionnelles (CRRMP) soit supprimé pour toutes les victimes du travail et que des mesures pénales efficaces soient mises en place, pour prévenir et lutter contre des carences en matière d’hygiène et de sécurité au travail.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

X