Canicule : comment s’en protéger au travail ?

Fatigue, nausées, maux de tête, vertiges, déshydratation… Les périodes de fortes chaleurs n’épargnent personne et les effets secondaires peuvent être graves pour la santé des travailleurs. Face à ce nouvel épisode de canicule, quels sont les gestes à adopter ?

Une nouvelle vague de chaleur frappe le territoire et nombreux sont les effets secondaires sur la santé. Lors d’une visite à Livry-Gargan sur le chantier de travaux publics dirigé oar l’entreprise SADE le 13 juillet 2022, le ministre du Travail, du Plein emploi et de l’Insertion, Olivier Dussopt a présenté les mesures mises en œuvre pour prévenir les effets sur la santé des travailleurs et les risques d’accidents du travail liés à de fortes chaleurs. « Le gouvernement et l’ensemble des acteurs de la santé au travail sont pleinement mobilisés pour accompagner au plus près du terrain les entreprises et les travailleurs face à cette vague de chaleur. Notre vigilance est totale pour assurer l’adaptation des organisations de travail et protéger la santé des travailleurs, en particulier celle des plus jeunes », a-t-il déclaré.

Responsabilité de l’employeur

Face à la canicule, les employeurs ont une obligation de prévention en matière de santé et de sécurité au travail et doivent prendre toutes les précautions nécessaires pour protéger les travailleurs, notamment les plus exposés. Parmi les conseils et recommandations disponible sur le site du ministère du Travail, l’employeur doit notamment :

  • s’assurer que le port des protections individuelles est compatible avec les fortes chaleurs ;
  • fournir aux salariés de l’eau potable et fraîche ;
  • aménager les postes de travail et les horaires de chantier pour les travailleurs en extérieur.

En cas de déclenchement par Météo France de la vigilance rouge dans un département, l’employeur doit réévaluer quotidiennement les risques d’exposition pour chacun des travailleurs selon l’évolution de la température et de la nature des travaux à effectuer. Si ces mesures ne suffisent pas pour garantir la santé et la sécurité des travailleurs, l’activité doit être suspendue. Les entreprises peuvent alors recourir au dispositif d’activité partielle ou de récupération des heures perdues, et concernant le secteur du BTP au dispositif « intempéries ».

Concernant le télétravail, sa mise en place doit être réexaminée, en prêtant une attention particulière aux femmes enceintes, aux personnes souffrant de pathologies chroniques ou en situation de handicap, etc.

Rappel pour les employés

Si l’employé se voit refuser ses demandes d’aménagement, s’il constate qu’aucune disposition n’a été prise par son employeur ou s’il considère que les mesures mises en œuvre sont insuffisantes au regard des conditions climatiques, il est dans la capacité de saisir les services d’inspection du travail. En fonction de la taille de l’établissement, le salarié dispose également de la possibilité de solliciter les représentants du personnel.

Il est recommandé de :

  • boire régulièrement de l’eau ;
  • porter des vêtements légers ;
  • protéger sa tête du soleil ;
  • adapter son rythme de travail ;
  • demander à son employeur d’organiser le travail de façon à réduire la cadence ;
  • réduire ou différer les efforts physiques intenses.

Quelques symptômes peuvent alerter sur l’état de santé durant la canicule : maux de tête, sensation de fatigue inhabituelle, vertiges, étourdissements, malaise, perte d’équilibre, désorientation, propos incohérents, perte de connaissance… Si ces signes apparaissent il faut appeler les secours en composant le 15, faire cesser toute activité à la personne, la rafraîchir en la transportant à l’ombre ou dans un endroit frais, lui asperger le corps d’eau, lui donner de l’eau et alerter l’employeur.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

X