La violation des droits des travailleurs atteint un niveau « record »

Selon l’Indice des droits dans le monde 2022 de la Confédération syndicale internationale (CSI), les principaux indicateurs des violations des droits des travailleurs ont atteint des niveaux record.

Bangladesh, Biélorussie, Brésil ou encore Colombie… Pour trouver un emploi qui ne soit pas maltraitant, mieux vaut éviter d’aller là-bas. En effet, selon la neuvième édition de l’Indice des droits dans le monde qui classe 148 pays en fonction de leur respect des droits des travailleurs, ces derniers sont victimes de violences physiques dans 50 d’entre eux, soit cinq pays de plus que l’année dernière. Des violences qui concernent également l’Europe puisque ces abus sont recensés dans 26 % des pays du continent, une augmentation de 14 % par rapport à l’an passé. Dans 13 pays dont l’Italie, l’Inde et l’Afrique du Sud, ces violences ont pu aller jusqu’au meurtre de syndicalistes.

« Nous savons que les travailleurs sont en première ligne des crises exceptionnelles et multifactorielles : niveaux historiques des inégalités, urgence climatique, pandémie destructrice de vies et de moyens de subsistance, conflits aux conséquences nationales et mondiales dramatiques », a déclaré Sharan Burrow, secrétaire générale de la CSI. Nous devons dénoncer ces exactions et faire comprendre aux gouvernements que le moment est venu de reconstruire notre monde sur la base d’un nouveau contrat social : emplois, salaires, droits, protection sociale, égalité et inclusion. »

Des entreprises dans le viseur

Dans son rapport, la CSI cible notamment Hyundai en Corée du Sud, Coca-Cola à Hong Kong et en Uruguay, Amazon en Pologne, ou encore H&M en Nouvelle-Zélande. Il est reproché à toutes ces entreprises d’avoir violé les droits des travailleurs, d’être « liées » à de tels abus ou de ne pas avoir utilisé leur « influence » pour les combattre. Avec 87 % des pays couverts par le rapport qui ont attenté au droit de grève et 77 % des Etats, qui ont privé les travailleurs de leur droit de fonder ou de rejoindre un syndicat, les violations ont été recensées aux quatre coins du globe.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

X