En route pour le travail hybride

A partir du 9 juin, les employeurs pourront exiger des salariés qu’ils retournent progressivement au bureau pour travailler. Ils sont libres de décider du rythme présentiel/distance qu’ils souhaitent imposer à leurs équipes. Cependant, la pandémie montre que le télétravail n’empêche pas certaines entreprises de parfaitement fonctionner, c’est pourquoi certaines d’entre elles envisagent un nouveau modèle d’organisation hybride, un mixte entre le télétravail et le bureau.

La ministre du travail, Elisabeth Borne, a bien précisé que l’allègement du télétravail ne signifiait pas un retour à 100 % au présentiel afin de continuer à lutter contre la pandémie. Le télétravail s’est avéré très efficace durant la crise sanitaire. “À titre de repère, le nombre de jours de télétravail va passer à trois jours dans la fonction publique à partir du 9 juin. Ce doit être le point de départ d’une impulsion pour trouver le bon équilibre entre présentiel et distanciel, et mettre en place de nouvelles pratiques”, a expliqué la ministre.

En tout cas, cela est bien accueilli par de nombreux employés. Selon un sondage réalisé par la plateforme de données Dynata à la mi-avril, 36 % des salariés espèrent retourner au bureau à 100 %. 27,4 % apprécient le travaille à distance et espèrent continuer ainsi, tandis que 36,6 % des salariés interrogés souhaitent une solution partagée entre présentiel et distanciel.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

X