Horaires de travail atypiques : quels effets sur la santé ?

Les recherches de l’Institut national d’études démographiques (Ined) ont montré que travailler tôt le matin, le soir ou pendant la nuit peut avoir des conséquences néfastes sur la santé.

En France métropolitaine, 36 % des salariés travaillaient habituellement en horaires atypiques en 2019. Parmi eux, un nombre croissant de salariés, dont beaucoup de femmes peu ou pas qualifiées. Voilà la conclusion de l’étude « Horaires atypiques de travail : les femmes peu qualifiées de plus en plus exposées » publiée par l’Ined. Les auteures de cette recherche mettent en cause plusieurs facteurs : changements de mode de vie et de consommation, dérégulation du temps de travail, vieillissement de la population et hausse des besoins en matière de soins aux personnes âgées…

Mais quelle est la catégorie de population la plus concernée ? Selon l’étude  » les femmes sont désormais proportionnellement plus nombreuses que les hommes à travailler avec des horaires atypiques même si elles n’effectuent pas les mêmes types d’horaires. Elles travaillent plus souvent le samedi et le dimanche, et la part de femmes exposées à ce type d’horaires a augmenté au cours de la dernière décennie, contrairement à celle des hommes. Ces derniers restent proportionnellement plus nombreux à travailler tôt le matin, le soir et surtout la nuit, mais leur exposition aux horaires atypiques tend à se réduire sur la période « . La part des femmes cadres en horaires atypiques aurait diminué de 23 % entre 2013 et 2019, et aurait augmenté de 11 % pour les ouvrières non qualifiées, une catégorie qui semble subir la plus forte dégradation. Plus généralement, les femmes peu qualifiées sont surreprésentées dans les métiers du commerce et de la distribution où le travail dominical a progressé  » ainsi que dans les métiers du soin et des services à la personne (aide-soignante, aide à domicile, aide-ménagère), où les horaires atypiques sont structurels et peu sujets à amélioration « .

Les horaires atypiques, qu’est-ce donc ?

Au sens strict, les horaires atypiques désignent les jours et horaires de travail non conventionnels, c’est-à-dire les horaires décalés dans la journée (le soir, la nuit, tôt le matin) et dans la semaine (le week-end). La mesure de ces horaires varie selon les réglementations nationales et les conventions statistiques. En France, un salarié est considéré en horaires atypiques s’il déclare travailler habituellement selon au moins l’une des modalités suivantes : tôt le matin (5h-7h), tard le soir (20h-0h), la nuit (0h-5h), le samedi, le dimanche.

Quels impacts sur la santé ?

Selon l’Institut national de recherche et de sécurité pour la prévention des accidents du travail et des maladies professionnelles (INRS), le travail en horaires atypiques engendre des risques pour la santé, comme les troubles du sommeil, les troubles métaboliques, une désynchronisation de l’horloge biologique associés à une dette de sommeil (pour le travail de nuit). Outre les conséquences rapidement visibles, des effets sur la santé peuvent apparaître à long terme : obésité, diabète, cancer, hypertension jusqu’à entraîner  » une perte des liens sociaux sur le plan familial et amical, ainsi qu’une diminution du temps de loisir « .

Quelles mesures de prévention ?

Des mesures de prévention permettent de réduire les risques liés aux horaires atypiques. Plusieurs solutions : ne pas travailler plus de trois nuits par semaine, ajuster la durée du poste de nuit en fonction des tâches, et adapter celles-ci en fonction des heures de vigilance, prendre des pauses, etc. Selon l’INRS, l’employeur doit réaliser  » une évaluation des risques liés aux postes concernés et mener des actions sur le contenu et l’environnement du travail, sur l’organisation du travail (rythmes et horaires de travail) « . Il doit également assurer une formation sur les risques et leur prévention pour les salariés qui pratiquent ces horaires, et que ces derniers soient impliqués dans l’organisation de leurs plannings.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

X