Comment les SST doivent-ils intervenir dans le contexte du Covid-19 ?

La crise sanitaire toujours d’actualité, les sauveteurs secouristes du travail qui interviennent en entreprise doivent adapter la conduite à tenir et les gestes de secours. Suivant les prescriptions des organisations internationales, européennes et françaises en charge du secourisme, l’Institut national de recherche et de sécurité (INRS) a publié de nouvelles recommandations visant à protéger les SST.

Face à une victime, le SST porte un masque chirurgical et des gants, et garde ses distances lorsque c’est possible.

  1. Si une victime se plaint de brûlures, d’une douleur empêchant certains mouvements ou d’une plaie qui ne saigne pas abondamment, il convient de :
    • chercher la coopération de la victime en l’incitant à pratiquer les gestes de secours sur elle-même. Si elle est dans l’incapacité de le faire, le SST réalise les gestes de secours
    • surveiller la victime à distance dans l’attente d’un relais ou d’un conseil médical.
  2. Si la victime ne répond pas, il convient après la phase de protection :
    • D’allonger la victime sur le dos,
    • de ne pas procéder à la bascule de la tête de la victime pour libérer les voies aériennes, ne pas tenter de lui ouvrir la bouche,
    • de ne pas se pencher au-dessus de la face de la victime, ne pas mettre son oreille et sa joue au-dessus de la bouche et du nez de la victime,
    • d’apprécier la respiration de la victime en regardant si son ventre et sa poitrine se soulèvent.
  3. Si la victime ne répond pas mais respire, il convient de :
    • faire alerter (ou alerter) les secours,
    • laisser la victime allongée sur le dos, ne pas la mettre en position latérale de sécurité (PLS) – cette technique est suspendue durant la période de pandémie Covid-19. Néanmoins, l’apprentissage de la PLS est maintenu au cours des formations SST,
    • surveiller en permanence la respiration de la victime en regardant son ventre et son poitrine.
  4. Si la victime ne répond pas et ne respire pas (arrêt cardio-respiratoire), il convient de :
    • faire alerter (ou alerter) les secours et demander un défibrillateur automatisé externe (DAE),
    • débuter immédiatement les compressions thoraciques,
    • mettre en oeuvre le DAE le plus vite possible (se tenir au pied de la victime lors de l’administration du choc) et suivre les instructions données par le service de secours alerté,
    • si possible, placer un tissu, une serviette ou un masque sur la bouche et le nez de la victime avant de procéder aux compressions thoraciques et à la défibrillation afin de réduire le risque de propagation du virus par voie aérienne pendant les compressions thoraciques,
    • ne pas faire de bouche à bouche. Toutefois, deux situations sont laissées à l’appréciation du sauveteur secouriste du travail :
      • le sauveteur secouriste du travail vit sous le même toit que la victime (risque de contamination par le virus Covid-19 déjà partagé),
      • la victime est un enfant ou un nourrisson.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

X