La “perte de sens” des agents de la Fonction publique

Le collectif d’agents publics « Nos services publics » a publié lundi 20 septembre une enquête sur la « perte de sens » éprouvée au travail par les fonctionnaires et contractuels, tous versants confondus.

Mal-être chez les agents publics. Sur les 4 555 répondants au questionnaire du collectif « Nos services publics », “80 % déclarent être confrontés régulièrement ou très fréquemment à un sentiment d’absurdité dans l’exercice de leur travail”. Et ce alors même que la “grande majorité déclare avoir rejoint le service public pour servir l’intérêt général.”

Un ressenti qui progresse avec l’âge. Seuls 23 % des moins de 30 ans avouent éprouver “très fréquemment” un sentiment d’absurdité, soit 12 % de moins que pour les plus de 50-59 ans. Nos services publics a recensé cinq catégories principales de motifs engendrant la perte de sens :

  • le manque de moyens,
  • un défaut de vision,
  • le sentiment de servir autre chose que l’intérêt général,
  • le poids de la structure,
  • le manque de reconnaissance.

Malgré ces difficultés, 52 % des personnes interrogées déclarent rester à leur poste pour le service de l’intérêt général et 50 % pour l’intérêt des missions. Mais 37 % des répondants justifient leur maintien par la difficulté de changer de profession, en particulier les enseignants, et 35 % par la stabilité de l’emploi.

Les résultats et les témoignages de l’enquête ont été transmis à Amélie de Montchallin, ministre de la Transformation et de la Fonction publique dans l’optique d’être étudiés.

Retrouvez l’enquête ici

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

X